Les écolos sont bizarres

Les écolos sont bizarres.

DEGIVES Eline, VANDE GHINSTE Chloé, VAN DEN BERGE Florine.

Tout à commencer, en début d’année ou nous avions visionner boite a cliché de la RTBF et des élèves des années précédentes. Une seule question était dans nos têtes ce jour-là : Comment allons-nous arriver à un tel résultats ?

Après quelques cours sur l’identité de l’enseignant et de diversité culturelle, lors d’une séance que nous avions en commun avec tous les élèves de préscolaire, nous avons appris que nous devions commencer notre capsule. Nous étions un peu perdues au début, car nous étions en retard sur les autres classes qui, elles, avaient déjà eu l’information et nous non. Á la fin de la séance, nous avons eu les informations et nous avons formé les groupes. Et nous avons dû donner toutes nos représentations et nos clichés par rapport à certains thèmes. Ce que nous avons fait, mais nous n’avons pas eu assez de temps, car la fin des cours allait bientôt retentir. Nous n’avons donc pas eu le temps de réfléchir sur tous les sujets en profondeur.

Le cours d’après nous avons découvert des différentes représentations que l’ensemble des groupes se faisait. Nous nous sommes un peu attardées sur le thème : « les agriculteurs nous empoisonnent » Nous avons donc commencé à faire des recherches à la bibliothèque de l’école, ou de nombreux livres nous ont informées sur le sujet. Nous nous sommes fort penchées sur le film « DEMAIN ».

La troisième séance Mme Stephen nous a donné les sujets sur lesquels monsieur Hoeboeck qui travaille à la RTBF aimerait qu’on travaille, donc nous avons dû complètement changer notre optique pour le travail et commencer de nouvelles recherches. Ce qui nous a paru compliqué parce que le sujet est vague et nous ne savions pas vers quelles informations nous tourner. Nous avons alors fait des recherches sur les écolos, mais assez vague. C’est seulement au cours suivant que nous avons vraiment ciblé ce que ne devions faire avec des explications plus claires pour nous. Nous avons alors lu une série d’articles et d’informations sur les écolos et leurs modes de vie. Nous avons appris des tas d’information sur les labels écolos et bios ainsi que sur leurs habitats comme les maisons passives, qui consomment moins, mais aussi les différents moyens de transport qu’ils utilisent et des alternatives plus écologiques comme les toilettes sèches, etc. Mais, après toutes ces recherches nous ne savions pas vraiment encore comment casser le cliché et dans quel sens. Nous avions toutes nos informations mais nous étions encore un peu maladroites et ne savions pas encore dans quels sens nous devions traiter le sujet : » Les écolos sont bizarres mais pas si bizarres que ça, la planète est quand même en danger » Ou « Les écolos sont bizarres mais il n’y a pas qu’eux qui le sont… »

C’est vraiment lors de la venue d’un monsieur de la RTBF, que nous avons vraiment compris ce que nous attendions de nous et nous avons alors fait un plan de ce que nous voulions produire et le message que nous voulions faire passer. Nous nous sommes mis d’accord sur notre première idée qui est : « Les écolos sont bizarre, mais sont-ils si bizarres que ça ? » Alors, à partir de ce moment, nous avons vraiment commencé à être productives et nous avons concrétisé notre projet. Alors d’après les informations que nous avions récoltées nous avons rapidement trouvé les vidéos qui correspondaient à nos visions de ce cliché. Comme une vidéo humoristique du palma show, ou encore des sketchs d’humoristes et encore des reportages sur les vêtements bio et des habitas écologiques, sans oublier une interview qui nous avait marqué sur le film « DEMAIN » avec Mélanie Laurent et Cyril Dion.

Avec un scénario, nous avons alors commencer à trouver les images qui correspondaient à nos attentes et à couper les vidéos et les mettre dans l’ordre en utilisant Movie Maker, qui est un outil pas facile à manier au départ, mais auquel nous nous sommes finalement vite adapté. La dynamique s’est alors très vite mise en place et de là, nous avons avancé plus rapidement. Les informations que nous avions récoltées, nous ont permis de connaitre notre sujet plus en profondeur et donc de plus facilement choisir ce que nous voulions montrer aux gens à travers notre boite à cliché.

Lors des dernières séances, nous avons réalisé le montage de la vidéo, ce qui n’a pas été facile. Les musiques de fond se sont vite décidées. Les voix off n’étaient pas parfaites donc quelques corrections par nos professeurs nous ont aidées. Et la vidéo a commencé tout doucement à prendre forme. Même si les manipulations nous ont quelques fois jouer des tours et que la patience était de mise. La superposition des musiques, vidéos et des voix off étaient alors faite. Nous avons terminé notre boite à cliché en classe et nous étions assez satisfaite du résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *